Guide pratique pour mener une migration propre côté SEO (+liste de contrôle)

Les migrations sont souvent des activités stressantes pour les référenceurs, que ce soit lors du passage d’un domaine à un autre, du changement de CMS ou de l’hébergement. Pourtant, une préparation adéquate avec les bonnes mécaniques de sauvetage (au cas où les choses ne tournent pas comme on le voudrait) permettent de faire en sorte que chaque migration se déroule de manière fluide. Voici la marche à suivre :

Sommaire :

  1. Comprendre le processus d’une migration
  2. Intégrer le timing de la migration
  3. Surveiller les résultats sur le long terme
  4. Liste de vérifications

1) Comprendre le processus d’une migration

La première chose à faire, avant toute chose, est de comprendre que quel que soit le niveau de préparation, une migration aussi simple soit-elle peut tourner mal. Et souvent, pour des raisons extrêmement basiques sur lesquelles les développeurs ou le référenceur n’ont pas forcément de contrôle : un blocage de redirections, des accès manquants, du contenu dupliqué qui sort d’on ne sait où, etc…

Y être préparé, c’est déjà réussir. Ainsi, voici un résumé du processus d’une migration SEO :

  1. Comprendre les objectifs et motivations des différents acteurs de la migration
  2. Effectuer un audit du site actuel
  3. Préparer une feuille de route SEO de la migration avec 301/404, etc…
  4. Tester votre préparation et celui des développeurs sur un site de préproduction
  5. Déterminer et partager les risques en fonction des résultats puis obtenir le feu vert des commanditaires
  6. Lancer la migration puis contrôlez les résultats
  7. Éventuellement effectuer un retour en arrière si les choses ne se passent pas comme prévu puis recommencer

Chacune de ces étapes implique que toute l’équipe doit être prête. Par exemple, même si les chances d’un retour en arrière sont faibles, il faut que les développeurs préparent cette procédure au cas où. Pareillement, si les redirections ne fontionnent pas pour une raison X ou Y, avoir une liste de contacts internes et externes pour obtenir de l’aide aidera à économiser de précieuses heures.

2) Intégrer le timing de la migration

D’expérience, l’équipe à une fenêtre d’environ 72 heures une fois la migration effectuée pour travailler sur les corrections. Ce n’est pas vrai pour tous les sites (c’est parfois plus, parfois moins), mais c’est une moyenne qui a toujours fonctionné pour moi au fur et à mesure de mes observations.

Cela signifie qu’au bout de 3 jours, Google va commencer à intensifier sa détection des changements car il a intégré que la migration a eu lieu. Si des erreurs d’ampleur sont présentes, alors l’impact négatif commencera doucement à se faire sentir. À l’inverse, si les erreurs sont minimes et les points importants respectés, alors l’effet bénéfique arrivera vite.

C’est avant la fin de ce compte à rebours qu’il faut déterminer si la migration est un succès ou non (en termes d’éxécution des tâches) et s’il est nécessaire d’effectuer un retour en arrière pour retravailler les points problématiques. À ce stade, c’est au SEO de délivrer sa recommandation finale, aux développeurs d’établir la faisabilité ou non, et aux décideurs d’accepter ou non.

3) Surveiller les résultats sur le long terme

Une fois la migration effectuée, la surveillance de l’impact se fait sur plusieurs mois. La Search Console va commencer à détecter diverses erreurs (il y a TOUJOURS des oublis lors de migrations) ou pages manquantes et il faut alors régler ces soucis rapidement pour ne pas entraver l’amélioration des performances.

Même après 2 mois, il est important de vérifier régulièrement que tout est en ordre. Un simple détail peut perturber le processus et allonger la récupération considérablement.

Pour résumé, il suffit de parer à toute éventualité et intégrer le fait qu’il y aura forcément des erreurs à un moment ou un autre. Toute la question est de connaître leur sévérité et s’il est possible de les régler (très rapidement).

Suivre ces quelques étapes garantira le succès d’une migration sur le plan du maintien du trafic organique, sans l’ombre d’un doute.

Liste de vérifications

Laisser un commentaire/Leave A Comment